Templates by BIGtheme NET

Archives de cet auteur: nachazad01

Bizerte 2013 : La Vierge, les Coptes et moi de Namir Abd el Massih : ma JVC, Zaafrana et mon enfance

Par Hakim Guesmi La Vierge, les Coptes et moi, le premier long métrage documentaire du cinéaste Copte Namir Abd el Massih, m’a beaucoup touché. C’est l’histoire d’un film en train de se faire. Dans l’une des premières séquences, Namir regarde en famille une vidéo censée montrer une apparition de la Vierge. C’est à ce moment-là  qu’il a l’idée de faire ...

Lire la suite...

Bizerte 2013 : Sur la route… de quel paradis ?

Par Rimel Bourkhis De prime abord, on se dit si l’on tient compte du titre Sur la route du paradis que le film de Uda Benyamina est euphorique puisque la route du paradis ne peut être douloureuse ou infernale. Mais Leila et ses enfants atteindront-ils ce paradis qui n’est autre que le lieu où se trouve le père : l’Angleterre ? Entre-temps, ...

Lire la suite...

Le Moineau. Les images éclatées d’une guerre éclair par Amna Guellali

Rarement un film aura ressemblé autant que « Le Moineau » à l’expression de « Cinéma-monde » dont Serge Daney qualifiait certains films qui avaient cette particularité d’englober la réalité dans toute sa complexité. Cette expression avait un double objectif : d’une part, affirmer l’autonomie du cinéma par rapport à toute justification qui lui est extérieure, qu’elle soit d’ordre social, ...

Lire la suite...

La fascination dévoilée


Tahar Chikhaoui

L’importance actuelle  de Chahine tient à la qualité de la réponse (esthétique) qu’il a donnée à la question (politique) : comment sortir du ressentiment quand on est arabe ? L’énergie qu’il met dans ses films est portée par le désir de briser ce cercle étouffant. La fulgurance de ce désir  traverse, de film en film, sa cinématographie, et lui donne tout son ...

Lire la suite...

Gare Centrale. Hypertrophie du regard par Insaf Machta

La marginalité est au centre de Bab Elhadid ; le personnage principal est un vendeur de journaux infirme vivant dans une gare. L’infirmité physique instaure un décalage entre le personnage et ce monde grouillant et mouvementé des chemins de fer, lieu de la vitesse, d’un va-et-vient incessant, et d’une course-poursuite entre les policiers et les vendeuses de boissons gazeuses (dont Hannouma ...

Lire la suite...

Adieu Bonaparte. Le mur et le désert par Sami Bargaoui

Adieu Bonaparte se termine par un gros plan, où Ali, marche dans le désert, seul, serein, presque souriant. On se souvient que le générique du début du film est un plan rapproché et arrêté sur un mur décrépi de pierres presque noires. Dans son déroulement, il suit pas à pas le chemin qui conduit de la sombre impasse à la ...

Lire la suite...

Ma Révolution à moi


Mohamed Khenissi

A-t-on le droit de parler de la révolution quand on a l’impression d’être passé à côté ? Comment en parler ? Il est primordial pour moi d’afficher d’emblée le lieu d’où  je  parle-écris, même si cela n’est pas forcément une garantie d’objectivité. J’ai choisi de parler à la première personne par prudence, et je ne voudrais pas extrapoler à partir d’un vécu individuel, ...

Lire la suite...

La mauvaise herbe


Hajer Bouden

Lorsque Ben Ali était arrivé au pourvoir en 1987,  il s’était présenté comme le pourfendeur du culte de la personnalité. Exit les portraits de Bourguiba, sa statue à cheval Place d’Afrique, son visage imprimé sur les billets de banque. Plus jamais la gueule d’un président, la célébration de son anniversaire et tout le bataclan folklorique qui l’accompagnait, ses vacances et ...

Lire la suite...

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful