Templates by BIGtheme NET

Archives de cet auteur: nachazad01

Bizerte 2013 : Sur la route… de quel paradis ?

Par Rimel Bourkhis De prime abord, on se dit si l’on tient compte du titre Sur la route du paradis que le film de Uda Benyamina est euphorique puisque la route du paradis ne peut être douloureuse ou infernale. Mais Leila et ses enfants atteindront-ils ce paradis qui n’est autre que le lieu où se trouve le père : l’Angleterre ? Entre-temps, ...

Lire la suite...

Le Moineau. Les images éclatées d’une guerre éclair par Amna Guellali

Rarement un film aura ressemblé autant que « Le Moineau » à l’expression de « Cinéma-monde » dont Serge Daney qualifiait certains films qui avaient cette particularité d’englober la réalité dans toute sa complexité. Cette expression avait un double objectif : d’une part, affirmer l’autonomie du cinéma par rapport à toute justification qui lui est extérieure, qu’elle soit d’ordre social, ...

Lire la suite...

La fascination dévoilée


Tahar Chikhaoui

L’importance actuelle  de Chahine tient à la qualité de la réponse (esthétique) qu’il a donnée à la question (politique) : comment sortir du ressentiment quand on est arabe ? L’énergie qu’il met dans ses films est portée par le désir de briser ce cercle étouffant. La fulgurance de ce désir  traverse, de film en film, sa cinématographie, et lui donne tout son ...

Lire la suite...

Gare Centrale. Hypertrophie du regard par Insaf Machta

La marginalité est au centre de Bab Elhadid ; le personnage principal est un vendeur de journaux infirme vivant dans une gare. L’infirmité physique instaure un décalage entre le personnage et ce monde grouillant et mouvementé des chemins de fer, lieu de la vitesse, d’un va-et-vient incessant, et d’une course-poursuite entre les policiers et les vendeuses de boissons gazeuses (dont Hannouma ...

Lire la suite...

Adieu Bonaparte. Le mur et le désert par Sami Bargaoui

Adieu Bonaparte se termine par un gros plan, où Ali, marche dans le désert, seul, serein, presque souriant. On se souvient que le générique du début du film est un plan rapproché et arrêté sur un mur décrépi de pierres presque noires. Dans son déroulement, il suit pas à pas le chemin qui conduit de la sombre impasse à la ...

Lire la suite...

Ma Révolution à moi


Mohamed Khenissi

A-t-on le droit de parler de la révolution quand on a l’impression d’être passé à côté ? Comment en parler ? Il est primordial pour moi d’afficher d’emblée le lieu d’où  je  parle-écris, même si cela n’est pas forcément une garantie d’objectivité. J’ai choisi de parler à la première personne par prudence, et je ne voudrais pas extrapoler à partir d’un vécu individuel, ...

Lire la suite...

La mauvaise herbe


Hajer Bouden

Lorsque Ben Ali était arrivé au pourvoir en 1987,  il s’était présenté comme le pourfendeur du culte de la personnalité. Exit les portraits de Bourguiba, sa statue à cheval Place d’Afrique, son visage imprimé sur les billets de banque. Plus jamais la gueule d’un président, la célébration de son anniversaire et tout le bataclan folklorique qui l’accompagnait, ses vacances et ...

Lire la suite...

Amina et l’instantanéité de la révolution


Jocelyne Dakhlia

Une jeune fille, une très jeune femme était en prison pour des faits qui ne nécessiteraient pas le recours à une détention préventive. Human Rights Watch, la Ligue des Droits de l’Homme ou d’autres organisations de défense des droits humains nous le rappellent instamment. Une mobilisation contre l’extrême sévérité du traitement qui lui est réservé est donc impérative, et ces ...

Lire la suite...

LA SOCIETE CIVILE DANS LE DISCOURS POLITIQUE TUNISIEN AVANT ET APRES LA REVOLUTION*


Mohamed-Chérif Ferjani

La société civile a été constamment invoquée par les différents acteurs durant les deux dernières décennies en Tunisie : L’Etat se disait en être le garant, le promoteur et le défenseur contre la menace islamiste et son projet obscurantiste et théocratique ; les islamistes considéraient que sans eux il n’ y avait aucun moyen de mettre fin à la dictature du régime ...

Lire la suite...

Des mots et des idées en Politique


Ikbal Zalila

L’ouverture soudaine et totalement débridée du champ politique l’a paradoxalement lesté d’une opacité  qui rend illusoire toute prétention à en appréhender  la complexité, encore moins à le projeter dans un devenir. Finis les beaux jours où résignés ou presque à vivre à l’ombre d’une dictature prédatrice on refaisait le monde en échafaudant mille et un scénarios pour la crise  Libanaise, ...

Lire la suite...

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful