Templates by BIGtheme NET

Deuxième série de textes

L’APRES-GUERRE FROIDE : «FIN DE L’HISTOIRE», «CLASH DES CIVILISATIONS»  OU «JIHAD vs McWORLD» ?


Mohamed-Chérif Ferjani

Cherif

  Dans les années 1990, au lendemain de la chute du Mur de Berlin, plusieurs thèses ont été développées pour expliquer le bouleversement de la situation internationale consécutif à l’implosion de l’URSS. Dans le cadre des débats à ce sujet, trois ouvrages ont suscité des polémiques qui se poursuivent encore : La fin de l’histoire et le Dernier homme de Francis ...

Lire la suite...

La catégorie du baldî entre histoire, droit et société
Sami Bargaoui

sami

Dans la toute jeune université tunisienne, Mohamed Hédi Chérif a certainement été l’un des pionniers de l’histoire sociale. La première génération d’historiens maghrébins entendait se démarquer de la manière dont leur histoire a été écrite sous le Protectorat. Elle refusait notamment d’accepter l’histoire du Maghreb et ses «siècles obscurs», comme une suite chaotique de renversements politiques, qui devaient le mener ...

Lire la suite...

Les clivages de la révolution tunisienne
Jocelyne Dakhlia invitée par la revue Esprit

jocelyne

Les clivages de la révolution tunisienne  Resumé du débat avec Jocelyne Dakhlia, tenu dans les locaux de la revue ESprit le 27 mai 2013 Trop souvent, le débat sur la Tunisie, surtout observé depuis la France, reste affectif et immature. On a l’impression de camps qui non seulement s’affrontent mais aussi s’excluent mutuellement. Dans cette démocratie naissante qu’est la Tunisie, ...

Lire la suite...

Ma Révolution à moi


Mohamed Khenissi

Khenissi

A-t-on le droit de parler de la révolution quand on a l’impression d’être passé à côté ? Comment en parler ? Il est primordial pour moi d’afficher d’emblée le lieu d’où  je  parle-écris, même si cela n’est pas forcément une garantie d’objectivité. J’ai choisi de parler à la première personne par prudence, et je ne voudrais pas extrapoler à partir d’un vécu individuel, ...

Lire la suite...

Amina et l’instantanéité de la révolution


Jocelyne Dakhlia

jocelyne

Une jeune fille, une très jeune femme était en prison pour des faits qui ne nécessiteraient pas le recours à une détention préventive. Human Rights Watch, la Ligue des Droits de l’Homme ou d’autres organisations de défense des droits humains nous le rappellent instamment. Une mobilisation contre l’extrême sévérité du traitement qui lui est réservé est donc impérative, et ces ...

Lire la suite...

LA SOCIETE CIVILE DANS LE DISCOURS POLITIQUE TUNISIEN AVANT ET APRES LA REVOLUTION*


Mohamed-Chérif Ferjani

La société civile a été constamment invoquée par les différents acteurs durant les deux dernières décennies en Tunisie : L’Etat se disait en être le garant, le promoteur et le défenseur contre la menace islamiste et son projet obscurantiste et théocratique ; les islamistes considéraient que sans eux il n’ y avait aucun moyen de mettre fin à la dictature du régime ...

Lire la suite...

Du festival des jeunes écrivains à Street poetry : rencontres littéraires à l’ère de l’après 14 janvier


 Insaf Machta

insaf

Militantisme et engagement au festival de Kélibia : y a–t–il moyen de penser la littérature en dehors de l’engagement ? Le festival de Kélibia  en est à sa vingt-sixième session. Il était dirigé jusqu’à la révolution par une équipe, quasiment la même depuis la création du festival en 1987 (avant le 7 novembre), et dont les membres étaient pour l’essentiel issus du ...

Lire la suite...

L’an I de la Révolution tunisienne ou les résurgences d’un passé qui divise


Jocelyne Dakhlia

jocelyne

La Tunisie révolutionnaire ne cesse d’aller de surprise en surprise. Du jour même, du moment où elle s’est pensée comme révolutionnaire, elle est entrée dans un processus d’incessante redécouverte d’elle-même et de ses ressources cachées, dans l’enchantement comme dans la crainte et la stupeur. L’échéance électorale du 23 octobre n’a été au fond qu’une étape particulièrement révélatrice ou cruciale dans ...

Lire la suite...

La rampe s’est déplacée
Tahar Chikhaoui

tahar

Il y a dans la révolution, dans toute révolution, un excès de sens, un débordement sémantique dont les historiens reconnaissent la difficulté dès lors qu’il s’agit de construire une explication. On pourrait penser que le cinéma, employant un matériau signifiant moins abstrait et moins linéaire que la langue, aiderait à mieux en rendre compte. Un examen de l’histoire du cinéma ne permet ...

Lire la suite...

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful